Virginie Jemmely

geneva
City:
geneva
Country:
switzerland
University / School:
HEAD – Geneva University of Art & Design
Graduation Year:
2017
Production Location:
switzerland
Contact Designer

Collection – Part time princess, full time trash

Le concept de ma collection est inspiré d’une anecdote que ma grand-mère me contait quand j’étais petite. C’est une histoire de son enfance, qui s’est déroulée en campagne fribourgeoise, dans le monde paysan des années 40 : elle allait dans les cimetières, voler les perles des couronnes mortuaires afin de se faire des colliers, de se rendre belle. Après la remémoration de cette histoire, je lui ai fantasmé une suite: j’ai imaginé Gaby rentrer dans la ferme de ses parents, se parer des habits de ceux-ci et de ses frères et sœurs et se plonger dans des rêveries quant à la femme qu’elle deviendrait. C’est alors que je me suis souvenue de mon propre vécu. Rêvant de devenir une star des années 90 ou 2000, je piquais les habits de ma grande sœur, pour danser et chanter. Ainsi, je me visualisais être la femme que je fantasmais. De cette façon, les deux garde-robes dont s’inspire ma collection se sont profilées ; j’ai puisé dans l’éventail vestimentaire des paysannes des années 1900 et simultanément des stars des années 90 et 2000. « S’accomplir, c’est oser être ce que l’on rêve depuis toujours… » La plupart de mes principes de construction sont inspirés par cette enfant qui se déguise en voulant imiter ses modèles de façon maladroite, s’habillant sans dessus-dessous. De la maladresse sont nées quelque unes de mes découpes : les drapés sur les seins qui rappellent « le t-shirt trop grand, drapé/attaché/rendu plus sexy » ; les coutures « sinusoïdales » inspirées du boutonnage trop serré tirant sur le tissu des deux côtés; les coutures de l’envers qui deviennent visibles ; la lingerie par dessus ou intégrée au vêtement.

Mon second principe de construction qui m’est cher est la métaphore d’une femme qui incarne les richesses contenues dans son monde intérieur. Le précieux est tantôt traduit par des strass, tantôt par des pièces métalliques qui scintillent ou des fleurs jaillissant des baleines. Ces éléments dialoguent dans l’entièreté de la collection. De façon plus frontale, des portraits de stars, puisés dans le fin fond du « Google fan art » jaillissent de la chair et de la poitrine des mannequins…

Au final, les modèles de ma collection s’affranchissent un peu de leurs inspirations de base et deviennent des sortes de superwoman, pleinement elles-mêmes, qui ne s’inscrivent plus dans le temps.

Le concept de ma collection de bachelor est un excellent exemple de ma façon d’aborder le design, où le vêtement devient un talisman qui fait le lien entre la pensée et le corps, en devenant une extension du désir de devenir.

Photos: Jules Moskovtchenko
About
Je m’habille en fonction de qui j’aimerais être, au même titre que je crée les silhouettes des genres de femmes que je rêve de devenir. Depuis toujours, le choix de mes vêtements a été influencé par ce que portaient mes idoles. C’était alors un pas de plus vers un idéal. Aujourd’hui, je perçois le vêtement, tel une extension de l’envie d’être : de devenir tel ou telle personne ou d’acquérir tel ou telle capacité. Il devient un objet magique, favorisant la construction de l’être que l’on rêve de devenir, en influençant la dégaine, l’attitude et en sublimant le charisme, tel un talisman. Fascinée et inspirée par différentes idoles, des icones ou des personnalités de mon quotidien qui me touchent, je crée mes propres muses, telles des sortes de déesses, héros, superwoman modernes. Les mannequins font partie intégrante du processus créatif, je les choisis en fonction de leur personnalités et attitudes. Elles doivent incarner la puissance des émotions inculquées dans le vêtement plus qu’un idéal physionomique. « Elle a ce tout petit supplément d'âme Cet indéfinissable charme Cette petite flamme » Michel Berger Touchée par les anecdotes d’époques différentes, les costumes historiques de diverses provenances m’ont depuis longtemps interpellée. Je tente de comprendre la construction du vêtement de l’époque, et de l’adapter au goût du jour, en le mariant à d’autres influences comme par exemple celles que m’apporte mon large univers musical, ou plus globalement mon background culturel. Je mélange les références, afin de les questionner, de les confronter, menant à une confusion de provenances culturelles et temporelles. Aussi, je m’interroge sur la beauté contemporaine et sa tolérance en domptant le mauvais goût. Je cherche le bon équilibre entre le beau, l’élégant et le bizarre, le méprisable. C’est ainsi que j’intègre la force et le charisme de la culture populaire. Je choisis d’explorer le vêtement, tout en vouant une passion pour la création d’univers complets. Chaque élément est important pour moi : la localisation, la scénographie, la musique, le dispositif de présentation et d’émission (concert live, DJ, vidéo). Je désire immerger le public dans un univers, tel un parc d’attraction, un cinéma 3D de l’émotion, du ressenti. C’est dans ce sens-là que je veux approfondir mon travail et ce désir de joindre à mes collections de multiples éléments me pousse à chercher la collaboration avec d’autres personnes oeuvrant dans des domaines différents mais connectés, par exemple : des vidéastes, des artistes/décorateurs, etc.